Troubles de l’érection

Les femmes dédramatisent plus que les hommes  Abonné

Publié le 07/07/2011
La troisième étude IFOP/Lilly lève le voile sur les différents comportements et attitudes des femmes et des hommes confrontés aux troubles de l’érection. Il s’agit cette année de sensibiliser la partenaire à son rôle déterminant dans l’accompagnement et la prise en charge du problème au sein du couple.

SELON L’ÉTUDE IFOP/LILLY, 41 % des hommes interrogés déclarent avoir eu des troubles de l’érection, tandis que seulement 31 % des femmes témoignent de dysfonction érectile chez leur partenaire. Ce hiatus au sein même du couple s’explique par des différences d’interprétation de la « panne ». Selon le Pr Pierre Costa, du CHU de Nîmes « on parle de troubles de l’érection lorsque ces troubles se produisent cinq à six fois d’affilée et se prolongent au-delà de trois mois ». Le facteur environnemental est davantage évoqué par les femmes (50 % vs 38 % des hommes).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte