Le statut en vitamine D des Français

Les déficits modérés sont fréquents  Abonné

Publié le 26/04/2012
Près de 80 % des adultes présentent une insuffisance en vitamine, dont plus de 42 % un déficit modéré à sévère, indique une étude publiée dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH). Le risque de déficit en vitamine D, plus élevé en hiver, peut toutefois être réduit dans le cadre d’activités en plein air.
Une exposition raisonnable, dans le cadre d'une activité physique, est conseillé

Une exposition raisonnable, dans le cadre d'une activité physique, est conseillé
Crédit photo : S TOUBON

GRÂCE À L’ENQUÊTE nationale Nutrition Santé (ENNS) réalisée en 2006-2007, les chercheurs de l’équipe de Michel Vernay (Paris XIII) ont pu décrire le statut en vitamine D de la population française résidant en France métropolitaine (hors Corse). L’ENNS comprenait notamment un recueil des consommations alimentaires avec un dosage de la 25-hydroxyvitamine D – 25(OH)D –, forme circulante de la vitamine D. Les analyses ont porté sur 1 587 adultes ne prenant pas de traitement médicamenteux à base de vitamine D, en tenant compte de la saisonnalité de l’alimentation et de l’ensoleillement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte