Moins de cancers et de maladies ischémiques

Les centenaires meurent plus souvent de mort naturelle ou de pneumonie  Abonné

Publié le 16/06/2014
Dans la première étude sur la localisation et les causes
Le nombre de centenaires devrait atteindre les 3millions en 2050

Le nombre de centenaires devrait atteindre les 3millions en 2050
Crédit photo : AFP

MAIS DE QUOI meurent donc nos centenaires ? De leur belle mort ! Semblent nous répondent Catherine Evans et ses collègues du King’s College de Londres. Ils viennent de publier dans « PLOS medicine » les résultats d’une étude sur les causes et les lieux de décès relevés dans une cohorte de près de 36 000 patients ayant un age médian de 101 ans, compris entre 100 et 115 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte