Les bons gestes  Abonné

Publié le 16/05/2011

- Prévenir sans délai les secours au moindre doute (appeler le 15) ; se rappeler que, comme en ce qui concerne l’infarctus du myocarde, chaque minute compte pour le pronostic.

- Noter l’heure précise du début des troubles neurologiques (important, notamment, pour la prise de décision ultérieure de mettre en œuvre ou non une thrombolyse).

- Placer le patient en position latérale de sécurité en cas de troubles de la conscience.

- Préciser si possible sur un document les traitements en cours.

- Ne pas administrer d’aspirine.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 2837