Réhabilités en prévention primaire chez les sujets âgés

Les antilipémiants abaissent de 30 % le risque d’AVC  Abonné

Publié le 28/05/2015
À contre-courant des recommandations actuelles, une étude observationnelle française suggère que la prescription d’antilipémiants, indifféremment statines ou fibrates, est utile chez les sujets âgés sans antécédent cardio-vasculaire connu. Le risque observé d’accident vasculaire cérébral (AVC) serait diminué de 30 %. La prescription des hypolipémiants n’en finit pas d’agiter et d’interroger les pratiques.

PLUS QUE pour n’importe qui, chez les sujets âgés, il vaut mieux éviter les médicaments non nécessaires... et poursuivre ceux qui le sont vraiment. Sauf que les apparences sont parfois trompeuses. Selon une étude française publiée dans le « British Journal of Medicine », les hypolipémiants, dont la prescription a été très controversée ces dernières années en France et à l’étranger, auraient été victimes de jugements précipités.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte