Les antihormones  Abonné

Publié le 15/04/2010
Les médicaments exerçant un effet antihormonal sont nombreux et s’adressent à des pathologies extrêmement diverses. Leur forte activité requiert une vigilance particulière, cela le plus souvent durant des mois après l’instauration du traitement, voire des années.
Les messagers hormonaux se fixent à des récepteurs spécifiques

Les messagers hormonaux se fixent à des récepteurs spécifiques
Crédit photo : bsip

Les principaux médicaments

Il s’agit, notamment, du létrozole-Fémara, tamoxifène, torémifène-Fareston, cinacalcet-Mimpara, dégarelix-Firmagon, cétrorélix-Cétrotide, de la cyprotérone-Androcur, leuproréline-Eligard et Énantone, buséréline-Supréfact, goséréline-Zoladex, triptoréline-Décapeptyl, du dutastéride-Avodart, finastéride-Chibro Proscar, bromocriptine-Parlodel, de l’anastrozole-Arimidex, l’exemestane-Aromasine, la déméclocycline-Alkonatrem, mifépristone-Mifégyne, lisuride-Dopergine, quinagolide-Norprolac, lanréotide-Somatuline, Octréotide- Sandostatine, pegvisomant-Somavert,

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte