Réduction des anomalies mitochondriales

L’endurance prévient le vieillissement  Abonné

Publié le 28/02/2011
C’est démontré chez la souris au niveau biologique : un exercice d’endurance empêche l’accumulation des anomalies mitochondriales qui ont été impliquées dans le vieillissement, tout comme cette pratique physique atténue les pathologies chroniques qui sont associées à l’avancée en âge.
L’entraînement à l’endurance atténue la sarcopénie liée à l’âge, ainsi que l’atrophie cérébrale

L’entraînement à l’endurance atténue la sarcopénie liée à l’âge, ainsi que l’atrophie cérébrale
Crédit photo : S. toubon/« le quotidien »

LA THÉORIE mitochondriale du vieillissement s’appuie sur l’hypothèse que l’accumulation des mutations de l’ADN mitochondrial (ADNmt) somatique aboutit à un déclin des différentes fonctions tissulaires. Il est bien établi (chez les humains, les singes et les rongeurs) que les anomalies mitochondriales et la mutagenèse de l’ADNmt président à une dégénérescence tissulaire, à l’intolérance au stress et aux déficits énergétiques qui accompagnent le vieillissement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte