Chimiothérapie et flore intestinale

L’efficacité passe par le microbiote  Abonné

Publié le 28/11/2013
Une étude française publiée dans Science montre comment la flore intestinale stimule l’immunité pour lutter contre le cancer au cours d’une chimiothérapie par cyclophosphamide. Une étude indépendante américaine confirme le rôle du microbiote dans l’efficacité d’autres anticancéreux.

DÉCIDÉMENT, le microbiote intestinal ne cesse de nous surprendre. Après la découverte ces dernières années d’un rôle majeur dans le métabolisme, en particulier pour le surpoids et le diabète, la flore intestinale semble jouer une partition importante dans l’efficacité des chimiothérapies. C’est ce que suggèrent deux études parues dans le même numéro de Science, dont l’une est signée par une équipe française Institut Gustave Roussy/INSERM/ Institut Pasteur/INRA.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte