Enquête chez plus de 70 000 femmes françaises

Le THS oral sans progestatif augmente fortement le risque de cholécystectomie  Abonné

Publié le 25/03/2013
Des dernières analyses de l’étude épidémiologique des femmes de la Mutuelle Générale de l’éducation nationale, cohorte E3N, confirment un risque de cholécystectomie augmenté chez les femmes ménopausées sustituées, de 10 % pour un THS combiné et par rapport à l’absence de traitement, et de 38 % lorsqu’il s’agit d’œstrogènes seuls. La HAS vient par ailleurs de publier des recommandations sur les indications justifiées d’une cholécystectomie.
Le diabète, l’excès de poids et l’hypercholestérolémie sont des facteurs de risque de la lithiase...

Le diabète, l’excès de poids et l’hypercholestérolémie sont des facteurs de risque de la lithiase...
Crédit photo : BSIP

L’E3N EST une vaste cohorte prospective destinée à étudier l’impact des traitements hormonaux et des facteurs environnementaux sur la santé des femmes ; depuis 1990, elle a fait participer 98 995 femmes à un questionnaire de santé qui leur ait adressé tous les 2 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte