Le mâle moins redoutable que la femelle

Le taon ne fait rien à l’affaire…  Abonné

Publié le 05/07/2010

LE TAON, vous connaissez, cette mouche trapue aux grands yeux composés qui fréquente les berges des rivières et autres zones humides ? Que ce diptère appartienne à la famille des Tabanidae vous avait peut-être échappé. En revanche, vous en êtes sûr, la bébête se délecte du sang des grands mammifères. Eh bien, c’est vrai et faux à la fois. Car il y a taon et taon. En effet, seule la femelle, dont la trompe est plus longue que celle de son partenaire, pique (mord plutôt) pour prélever le suc vital. Les mâles, eux, se contentent du nectar des fleurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte