Editorial

Le syndrome Dépakine  Abonné

Publié le 29/02/2016

La nouvelle affaire de santé publique qui agite actuellement l’opinion résume à elle seule les dysfonctionnements de notre système d’alerte. Les premières études sur les risques tératogènes du valproate de sodium (Dépakine et ses génériques) remontent aux années 1980, mais elles sont restées quasi-ignorées des prescripteurs et des agences de santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte