Grâce à une perte de poids précoce

Le risque cardio-vasculaire ultérieurde l’enfant obèse est réversible  Abonné

Publié le 21/11/2011
Les enfants obèses qui parviennent à normaliser leur poids pourront avoir à l’âge adulte un profil de risque cardio-vasculaire similaire à celui de ceux qui n’ont jamais été obèses. C’est ce que suggère l’analyse des données longitudinales de quatre cohortes d’enfants suivis
La surcharge pondérale de l’enfant n’augmente pas le risque cardio-vasculaire définitivement

La surcharge pondérale de l’enfant n’augmente pas le risque cardio-vasculaire définitivement
Crédit photo : S TOUBON

LA PRÉVALENCE de l’obésité et de la surcharge pondérale chez les enfants a considérablement augmenté au cours des 30 dernières années. Puisque l’obésité dans l’enfance prédit une mortalité accrue, principalement due au risque majoré de maladies cardio-vasculaires, il est prévu que l’épidémie d’obésité infantile devrait inverser la tendance actuelle de la baisse de mortalité cardio-vasculaire et raccourcir l’espérance de vie des enfants d’aujourd’hui.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte