Immunothérapie

Le prurit, effet secondaire notoire, soigné par la naloxone  Abonné

Par
Publié le 05/11/2018
Traitement prometteur contre certains cancers, salué par un prix Nobel, l’immunothérapie n’est pas dénuée d’effets secondaires, parmi lesquels la survenue d'un prurit observé chez plus de 25 % des patients.
prurit

prurit
Crédit photo : Phanie

Cette démangeaison intense se traite généralement par des glucocorticoïdes, mais certains patients sont réfractaires et nécessitent que le traitement par immunothérapie soit interrompu en raison de la sévérité du prurit.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte