Substitut nicotinique

Le premier spray buccal  Abonné

Publié le 03/06/2013
C’est avec Nicorette, en 1986, que les premiers substituts nicotiniques apparaissent en France. Depuis, ils ont largement fait la preuve de leur efficacité sous leurs différentes formes pharmacologiques (patch, gomme, inhaleur…). Un premier spray buccal permet d’agir plus rapidement sur les envies de fumer.
Agir rapidement sur les envies de fumer

Agir rapidement sur les envies de fumer
Crédit photo : dr

Agir rapidement sur les envies de fumer

Agir rapidement sur les envies de fumer
Crédit photo : dr

LE SEVRAGE tabagique s’articule en deux temps : la première phase, dite aiguë, dure de un à trois mois après l’arrêt. La seconde, de consolidation ou de stabilisation, peut s’étendre jusqu’à un an, mais le risque de rechute est toujours présent et le fumeur reste fragile. La phase aiguë est la plus délicate à gérer : les rechutes, c’est-à-dire la reprise d’une cigarette lors d’une période d’arrêt, sont fréquentes et rapides. Jusqu’à 60 % des fumeurs tentant de s’arrêter, rechutent dans les deux semaines.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte