Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 02/05/2011

Au sein de nos officines, avant que la classique triade tremblement de repos/bradykinésie/rigidité musculaire ne soit évidente, notre attention peut être attirée par des manifestations parfois équivoques, rapportées par le patient et qui nécessitent qu’il consulte le médecin. N’oublions jamais que 10 à 20 % des cas de Parkinson ne sont pas diagnostiqués, notamment parce que la gêne fonctionnelle et le manque d’énergie du patient orientent à tort vers d’autres étiologies, notamment rhumatologiques (périarthrite scapulo-humérale,…) ou psychiatrique (syndrome dépressif).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte