Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 28/03/2011

Il y a quelques années, on mesurait encore mal l’ampleur des problèmes posés par la fibrillation auriculaire. Aujourd’hui, grâce aux recherches épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques qui ont été menées, on a pris conscience de l’importance de la fibrillation auriculaire. On la considère aujourd’hui non comme une maladie isolée, limitée à un trouble du rythme, mais comme un marqueur de risque cardiovasculaire à part entière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte