Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 17/06/2013

Chaque année en France, près de 300 000 cas d’escarres sont dénombrés. Un constat regrettable. L’escarre est en effet souvent la conséquence d’un risque mal évalué ou d’une prise en charge déficiente, et peut être prévenue dans une grande majorité de cas. En effet, l’immobilisation et la dénutrition sont des facteurs prédictifs du risque de sa survenue.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte