Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 03/06/2013

La mise à jour récente (2010) des recommandations de l’AIHUS (Association interhospitalo-universitaire de sexologie) sur la dysfonction érectile (DE) est intervenue dans un contexte qui atteste encore d’un faible taux de prise en charge de cette affection en médecine générale. Les consultations en médecine pour ce motif restent peu fréquentes, de l’ordre de 3 patients par médecin et par an…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte