Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 21/05/2013

Plusieurs types de mésusage sont possibles avec la buprénorphine, dont le recours à une voie d’administration autre que la voie sublinguale.

L’administration de la buprénorphine haut dosage (BHD) par voie intraveineuse expose en effet à de nombreux risques : contamination virale, majoration des risques de dépression respiratoire et de surdosage (notamment lors de l’association de la BHD avec l’alcool et les benzodiazépines) complications locales (abcès, phlegmons, nécroses, thrombose veineuse…) ou systémiques (candidoses,…), parfois sévères...

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte