Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Par
Danielle Roquier Charles -
Publié le 06/10/2014

Nous sommes ici en face d’une maladie certes bénigne, mais

qui peut avoir des répercussions psychiques importantes, le patient ayant souvent l’impression d’être considéré comme ayant une consommation d’alcool excessive. Socialement et professionnellement, c’est difficile à vivre. Ce sont surtout les femmes qui sont atteintes, avec un pic au moment de la ménopause, période où l’image de soi peut déjà être altérée. Enfin timidité, mauvais contrôle de soi sont souvent associés à l’image que donne cette maladie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte