Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Par
Publié le 03/02/2014

Chez la personne âgée, la dénutrition entraîne ou aggrave un état de fragilité et favorise la survenue de morbidités et de perte d’autonomie, qui ne peuvent plus lui permettre de vivre à son domicile. Elle est aussi associée à une aggravation du pronostic des maladies sous-jacentes et augmente le risque de décès.

Nous sommes à l’officine bien placés pour soupçonner les situations à risque de dénutrition de nos patients, notamment lorsqu’ils sont atteints de maladies cardiovasculaires graves ou de maladies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte