Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 12/04/2010

Le maintien d’une bonne couverture vaccinale a permis de réduire de façon spectaculaire la morbidité et la mortalité coquelucheuses. Cependant, la coqueluche n’a pas disparu : chez les nourrissons de moins de deux mois, son incidence annuelle est estimée à 276 cas pour 100 000, soit environ 2 000 cas par an. Elle n’est plus seulement une maladie infantile puisqu’elle touche les adolescents et les adultes. Chez ces derniers, on assiste à une recrudescence de la maladie avec environ 400 000 cas par an rapportés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte