Anorexie

Le plaisir de maigrir plus fort que la peur de grossir  Abonné

Publié le 13/06/2016
Une étude INSERM, avec l’université Paris Descartes et l'hôpital Sainte-Anne, renforce l'hypothèse selon laquelle l’anorexie mentale ne serait pas expliquée par une peur de prendre du poids, mais par le plaisir d’en perdre. Ces résultats, publiés dans la revue « Transnational Psychiatry » mettent aussi en évidence une composante génétique.

« Une forte convergence d'approches différentes laisse penser que l'anorexie est un trouble des circuits de la récompense, et donc une pathologie du spectre addictif et non pas une phobie. Nos travaux le confirment. » Ainsi le Pr Philippe Gorwood, chef de service à l'hôpital Sainte-Anne et chercheur à l'INSERM* et à l'université Paris Descartes, présente-t-il les conclusions de l'étude qu'il a dirigée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte