Sevrage tabagique

Le pharmacien exclu du dispositif  Abonné

Par
Publié le 10/01/2019
Si certains substituts nicotiniques sont désormais remboursables, le parcours du patient qui souhaite arrêter de fumer n’est pas pour autant fluide. En effet, il ne peut pas se rendre chez le pharmacien, obtenir des substituts nicotiniques et se faire rembourser. La case prescription reste obligatoire pour la prise en charge, mais souvent rédhibitoire.
sevrage tabac

sevrage tabac
Crédit photo : phanie

Depuis le 28 mai 2018, certains substituts nicotiniques peuvent être pris en charge par l’assurance-maladie à hauteur de 65 %. Aujourd'hui, une soixantaine de références sont ainsi remboursables, toutes présentations confondues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte