Tandis qu’un tiers des épileptiques sont réfractaires aux traitements

Le pérampanel inaugure une nouvelle classe d’anti-épileptiques  Abonné

Par
Christine Nicolet -
Publié le 02/06/2014
Les crises d’épilepsie sont le résultat d’un déséquilibre entre inhibition et excitation des neurones du cerveau. Ces déséquilibres peuvent être provoqués par des mécanismes neurochimiques encore mal connus. Pour ces raisons, il existe plusieurs types d’anti-épileptiques (AE) de cibles d’action différentes. Le pérampanel représente une nouvelle alternative thérapeutique pour les personnes souffrant de crises partielles difficiles à contrôler.

LES PATIENTS épileptiques présentent une sensibilité variable aux traitements. Environ un tiers présentent des crises mal contrôlées malgré un traitement bien conduit. Le pérampanel (Fycompa) apporte une aide thérapeutique significative. C’est le premier et seul médicament à cibler de manière sélective les récepteurs glutamatergiques de type AMPA ; ces récepteurs jouent un rôle fondamental dans la propagation des crises d’épilepsie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte