Lutte insecticide sur les chemins de Compostelle

Le pèlerin et la punaise  Abonné

Publié le 02/05/2011

EN PLUS DU BÂTON, la coquille Saint-Jacques est l’autre accessoire emblématique du pèlerin en route vers Compostelle. Malheureusement, le joli coquillage n’est pas le seul partenaire animal des marcheurs. Depuis quelques années, un invisible compagnon emprunte lui aussi le célèbre chemin de pèlerinage. Son nom ? Cimex Lectularius, plus communément appelé punaise de lit. Le piqueur-suceur de la famille des Cimicidés a semble-t-il décidé de gâcher la vie des hébergeurs répartis tout au long du parcours séculaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte