Le patient type  Abonné

Publié le 04/12/2014

La goutte, dont la prévalence augmente, est due au dépôt de microcristaux d’urate de sodium dans les articulations (ainsi que dans les tissus mous et les reins), provoqué par une surcharge d’acide urique au-delà d’une concentration sanguine de 70 mg/l (point de saturation de l’urate de sodium). Il s’agit d’un trouble du métabolisme de l’acide urique, mais, pour autant, seule une petite fraction des hyperuricémiques font des crises de goutte et certains en font avec une uricémie inférieure à 70 mg/l.

La goutte est 7 fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte