Une maladie sous-diagnostiquée, un traitement de plus en plus fréquent

Le paradoxe de l’intolérance au gluten  Abonné

Publié le 26/03/2015
La maladie cœliaque est notoirement sous-diagnostiquée, à peine deux patients sur 10 sont effectivement identifiés, et pourtant son traitement, le régime sans gluten, est adopté par un nombre grandissant de personnes. Éclaircissements à l’occasion d’un atelier organisé par l’AFDIAG avec le soutien du SFNS*.

LA MALADIE cœliaque ou intolérance au gluten concerne probablement une personne sur 100 en France. « Elle est caractérisée par une destruction progressive des villosités intestinales et se manifeste cliniquement de façon très variable, touchant les enfants comme les adultes, contrairement à ce que l’on pensait autrefois », précise le Pr Christophe Cellier, gastro-entérologue, spécialiste de la maladie cœliaque, à l’hôpital européen George Pompidou (Paris)

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte