Des patientes mieux informées et plus exigeantes

Le nouveau visage de la médecine esthétique  Abonné

Publié le 22/05/2014
Le rôle du médecin esthétique ne se résume plus à un acte ciblé anti-âge. En 2014, lorsqu’elle franchit la porte d’un cabinet esthétique, la Française a déjà les idées très claires sur ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. C’est une patiente avertie, bien informée et très exigeante comme le montrent les résultats de l’étude Impact commanditée par Galderma à TNS Sofres.
Restaurer son image plutôt que de rechercher une perfection standardisée

Restaurer son image plutôt que de rechercher une perfection standardisée
Crédit photo : AFP

L’ÉTUDE a été menée en 2012 dans six pays européens, dont la France, auprès de 12 200 femmes âgées de 30 à 60 ans. « Il en ressort qu’en terme d’esthétique, il faut plus que jamais s’éloigner d’une perfection standardisée pour laisser la place à des ajustements personnalisés qui gomment en douceur les marques négatives du temps et aident la femme à assumer son âge sereinement, constate Sarah Christiannse (division esthétique et cosmétique Galderma Q-Med). En effet, celle-ci refuse de transformer son visage en une image figée inexpressive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte