Le nouveau protocole envisageable  Abonné

Publié le 13/12/2012

Dans le futur, la nécessité d’un rappel vaccinal n’a pas été établie, dans la mesure où l’extrapolation faite à partir des anticorps produits par le vaccin fait apparaître un taux d’anticorps très élevé et durable sur le long terme. Le nombre de doses pourrait passer de trois à deux, et les recommandations vont dans le sens d’un abaissement de l’âge cible, qui pourrait se situer vers 11-12 ans, ce qui ferait intervenir le pédiatre, un allié de poids pour éviter les propos sur les rapports sexuels lors de la vaccination.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 2968