Flore intestinale

Le microbiote intestinal impliqué dans le Parkinson  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 20/03/2017
On le sait : une participation de la flore intestinale au développement de nombreuses maladies allant du cancer au côlon irritable, est suspectée - à défaut d’être prouvée -. Il faut y ajouter maintenant des éléments suggérant un lien entre le développement d’une maladie de Parkinson et la composition qualitative et quantitative de la flore intestinale.

Associant des centaines de milliards de bactéries appartenant à plus de mille espèces, le génome collectif de l’ensemble du microbiote de notre intestin excède ainsi de plus de cent fois notre propre génome et une flore entérique équilibrée semble indispensable au maintien d’une bonne santé générale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte