Innocuité de l’aspartame

Le doute sur les édulcorants subsiste  Abonné

Publié le 31/03/2011
Après avoir conclu que les deux études mettant en cause l’innocuité de l’aspartame ne justifiaient pas une révision des évaluations précédentes de l’aspartame, l’ANSES et l’EFSA revoient leurs positions. Un groupe de travail va être mis en place afin d’évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants intenses et la nécessité éventuelle d’élaborer des recommandations. Le Dr Laurent Chevallier du Réseau environnement santé (RES), qui a été étendu lors d’une audition publique au parlement européen, s’interroge.
Le Dr Laurent Chevallier a été entendu lors d'une audition au parlement européen

Le Dr Laurent Chevallier a été entendu lors d'une audition au parlement européen
Crédit photo : DR

« ÉDULCORANTS artificiels : Faut-il avoir peur de l’aspartame ? » Tel est le thème de l’audition publique organisée au Parlement européen le 16 mars dernier par Corinne Lepage et Antonyia Parvanona.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte