Le Distilbène double les risques de cancer du sein pour la deuxième génération

Publié le 02/12/2014

Bonne et mauvaise nouvelle à la fois. Les « petites filles » de patientes ayant pris du Distilbène pendant leur grossesse ne sont pas exposées à des anomalies de l’appareil génital. En revanche, leurs mères, la génération des « filles du Distilbène », soit au moins 80 000 femmes, présentent deux fois plus de risques que la moyenne de développer un cancer du sein. Ces résultats émanent d’une étude* menée sur trois générations (mère traitée et descendants) par le réseau DES France, et présentée hier au Sénat.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)