Le dialogue à l’officine  Abonné

Par
Christine Nicolet -
Publié le 16/06/2014

La maladie est encore taboue. À la honte s’ajoute l’angoisse : la peur de transmettre le virus inquiète. Il faut expliquer l’épidémiologie, l’enjeu de cette infection, apaiser et rassurer. Les patientes souffrant de cette infection font rarement le premier pas : pas de plainte ni de demande de conseils, même auprès du pharmacien. « De son côté, celui-ci se sent gêné pour aborder le sujet, néanmoins il peut parvenir à briser le mur du silence en faisant passer le message de la douleur grâce à Clareva, remarque le Dr Pauline Levêque, pharmacien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte