Un chercheur danois dénonce les dangers du surdiagnostic

Le dépistage du cancer du sein remis en cause  Abonné

Publié le 11/10/2012
En France comme dans beaucoup de pays développés, les pouvoirs publics promeuvent avec force le dépistage mammographique des cancers du sein. Pourtant, l’analyse rigoureuse de plusieurs données scientifiques remet en cause l’intérêt de ces programmes et pointe les dangers du surdiagnostic et les dérives des surtraitements, comme l’a montré un débat organisé par la revue « Prescrire ».
L’interprétation des mammographies donne lieu à de nombreuses erreurs

L’interprétation des mammographies donne lieu à de nombreuses erreurs
Crédit photo : S Toubon

AU DÉPART, le dépistage mammographique du cancer du sein partait d’une bonne intention, celle de guérir et de réduire la mortalité, on était dans une idéologie du dépistage. « À ce jour, le véritable effet du dépistage n’est toujours pas connu avec certitude, et il serait temps de disposer de données factuelles et d’en débattre en posant les bonnes questions », affirme le Pr Peter Gotzsche, chercheur et directeur du centre nordique de Cochrane, dont l’ouvrage « Mammography screening » apporte des éléments scientifiques critiques sur l’intérêt du dépistage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte