Maladie d’Alzheimer

Le délire, un tournant vers le déclin  Abonné

Publié le 11/05/2009

Un soin particulier devrait être accordé à la prévention des épisodes délirants chez les sujets atteints de maladie d’Alzheimer. Selon des neurologues de Boston, il semble en effet que la survenue d’un délire accélère le déclin cognitif, en particulier le raisonnement et la mémoire. Près de 408 patients malades ont été évalués tous les six mois pendant au moins un an et demi. Il est apparu que chez les 72 participants ayant déliré, l’état clinique se dégradait trois fois plus vite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte