Carmat : le concept de bioprothèse est validé

Le décès n’est pas d’origine thrombotique  Abonné

Publié le 13/03/2014
Le premier patient implanté par le cœur bioprothétique Carmat est décédé dimanche 2 mars. Une semaine auparavant, le dernier bulletin de l’hôpital Européen Georges-Pompidou se voulait rassurant, le patient était au fauteuil, s’alimentait seul et avait fait quelques pas. Il devait quitter le service réanimation dans une ou deux semaines pour celui de chirurgie cardiaque.

Que s’est-il passé ? « Les causes exactes du décès ne sont pas connues », explique le Pr Christian Latrémouille, qui, avec neuf autres chirurgiens, a implanté ce premier cœur bioprothétique le 18 décembre 2013.

Toutefois, poursuit le chirurgien, « l’état général de ce patient était celui de tout insuffisant cardiaque évolué, avec une fonction rénale et pulmonaire limites. Il avait été trachéotomisé pour permettre un sevrage ventilatoire beaucoup plus souple à manier qu’une extubation brutale, mais ce geste est fréquent ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte