Cas de comptoir :

Le contexte :  Abonné

Publié le 13/10/2011

À l’occasion de la délivrance de son ordonnance, une femme, la trentaine, remarque les collants de maintien présentés sur le comptoir. Elle vous avoue ne pas porter ses collants de compression médicale prescrits par le médecin et vous demande des renseignements.

Ces collants exercent une pression à la cheville plus faible que les collant de compression médicale, mais suffisamment efficace pour soulager les jambes fatiguées. Ils sont plus faciles à enfiler que les collants de compression médicale. D’un point de vue esthétique, ils se rapprochent des collants de ville.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte