Cas de comptoir

Le contexte :  Abonné

Publié le 17/01/2013

Un client de passage, la cinquantaine, vous demande du DolirhumePro. Vous l’interrogez sur ses antécédents médicaux. Il ne se souvient pas du nom des médicaments qu’il prend. Vous consultez son dossier pharmaceutique.

Le patient est traité pour une hypertrophie bénigne de la prostate. En raison de ses propriétés atropiniques, l’antihistaminique H1 (doxylamine) présent dans le comprimé pour la nuit du médicament demandé risque de majorer le risque de rétention urinaire. Un médicament sans antihistaminique H1 est en ce cas préférable.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 2974