Un moment clé pour le traitement des souvenirs

Le cerveau ne dort-il que d’un œil?  Abonné

Publié le 23/11/2009
Des volontaires ont été exposés pendant leur sommeil profond, et sans en être conscients, à des sons préalablement associés à des objets qu’ils avaient appris à positionner correctement sur un écran d’ordinateur. Au réveil, ils se souvenaient mieux des emplacements d’objets qui avaient été réactivés par l’indice sonore, que de ceux pour lesquels aucun rappel sonore n’avait été réalisé.

VINGT volontaires ont appris à positionner, une par une, cinquante images d’objets visualisées sur un écran d’ordinateur qui devaient retrouver un emplacement spécifique sur l’écran. Chaque objet était par ailleurs ap?parié à un son caractéristique ; par exemple, l’image d’un chat était accompagnée d’un miaulement, l’image d’une théière de son sifflement, etc. Peu après, les participants étaient invités à faire une sieste pendant une heure et quart dans une pièce sombre et calme, et leur sommeil était surveillé par EEG.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte