Le cas du kétoprofène  Abonné

Par
Publié le 20/04/2017

Des réactions de photosensibilisation ayant été rapportées après application cutanée de kétoprofène (tendinites superficielles, entorses, contusions articulaires, arthrose des petites articulations, lombalgie aiguë…) – avec en outre le risque de réactions croisées avec des molécules chimiquement proches (fénofibrate, acide tiaprofénique, écrans solaires de type benzophénone… ; des réactions concomitantes semblent également possibles avec le triclosan, un antiseptique très largement utilisé, et certains parfums) – l’ANSM a rappelé en 2012 les règles de bon usage des formulations gels de ce p

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte