Avec des formes graves

Le botulisme est toujours là  Abonné

Publié le 24/02/2011
Bien que rare, le botulisme est toujours présent en France, avec des formes inhabituelles et graves qui justifient le maintien de sa surveillance. C’est ce que montrent les chiffres 2007-2009, analysés cette semaine dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire »*.
Le botulisme alimentaire est le plus fréquent

Le botulisme alimentaire est le plus fréquent
Crédit photo : BSIP

LE BOTULISME est une maladie à déclaration obligatoire. Le diagnostic clinique d’un seul cas, même en l’absence de confirmation biologique, doit donner lieu à un signalement immédiat. De 2007 à 2009, 47 cas ont été recensés, correspondant à 24 foyers, 22 de botulisme confirmé et 2 avec seulement une suspicion clinique. Aucun patient n’est mort pendant cette période. Auparavant, les deux derniers décès remontaient à 1999. Et, en octobre 2010, on a déploré un autre décès, ainsi que 4 cas sévères, suite à la consommation de conserves de haricots faites maison.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte