Une étude réalisée en Inde

Le bilinguisme retarde l’installation d’une démence  Abonné

Publié le 18/11/2013
Les résultats d’une étude menée chez une population souffrant d’une démence, montrent que le fait de parler une deuxième langue a pour effet de retarder de 4,5 ans en moyenne l’apparition de cette détérioration mentale, y compris chez les sujets illettrés, et après correction pour les facteurs potentiellement confondants.

SELON LA PLUS GRANDE ÉTUDE réalisée sur le sujet à ce jour, trois types de démences sont concernés. Leur apparition est retardée en moyenne de 4 ans et demi chez les sujets parlant une deuxième langue comparativement à ceux qui ne parlent que leur langue maternelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte