Sciences sociales et neurosciences

L’aversion de l’inégalité est inscrite dans le cerveau  Abonné

Publié le 21/03/2010
L’homme n’est pas seulement à la poursuite de son propre intérêt, il a une aversion profonde pour l’inégalité, inscrite dans son cerveau. Telle est la conclusion d’une étude publiée dans la revue « Nature ».

EXPLIQUEZ à deux personnes qu’elles devront accomplir la même tâche mais que leur salaire sera différent, et vous risquez quelques ennuis. C’est bien connu, les hommes n’aiment pas les inégalités, surtout en matière de distribution des revenus. Ce qui l’est moins, c’est que cette aversion « n’est pas seulement le fait d’une règle ou d’une convention sociale mais s’inscrit au niveau cérébral dans le circuit de la récompense », expliquent dans un article publié dans la revue « Nature » Thomas N. Mitchell, professeur de neurosciences cognitives et John O’Doherty, professeur de psychologie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte