Éjaculation prématurée

L’arsenal thérapeutique s’enrichit  Abonné

Publié le 20/11/2014
Le Pr François Giuliano fait le point sur les différents modes de prise en charge de l’éjaculation prématurée, qu’elle soit primaire ou secondaire, qui bénéficie aujourd’hui de traitements pharmacologiques d’assez bonne efficacité.
Des thérapies cognitivocomportementales aux traitements spécifiques, les  modes de prise en...

Des thérapies cognitivocomportementales aux traitements spécifiques, les modes de prise en...
Crédit photo : PHANIE

AU COURS de la dernière décennie, un certain nombre de travaux ont permis de distinguer différents types d’éjaculation prématurée. « Il y a d’abord l’éjaculation prématurée primaire, celle qui a existé dès le début de la vie sexuelle et qui touche environ 2 à 3 % de la population adulte masculine, explique le Pr Giuliano. Ensuite l’éjaculation prématurée secondaire ou acquise, qui a pu apparaître à l’occasion de circonstances de la vie, et qui concerne 5 à 10 % de la population adulte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte