Plus de 700 gènes sont concernés

L’ARN victime du manque de sommeil  Abonné

Publié le 14/03/2013

LE TRANSCRIPTOME* du sang périphérique est modifié par la privation de sommeil, selon les conclusions d’une étude britannique conduite chez des volontaires soumis à une dette de sommeil expérimentale pendant une semaine. L’expression de plus de 700 gènes est affectée.

Ce travail met en outre en évidence une réduction du nombre de gènes à expression circadienne. Au nombre des mécanismes possiblement impliqués dans ces altérations : une réorganisation de la chromatine, une exacerbation des réactions immunes et des réponses au stress.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte