Mortalité augmentée pour un HDL bas... ou très élevé

L'approche du HDL cholestérol a (de nouveau) du plomb dans l'aile  Abonné

Par
Publié le 07/11/2016
L'étude CANHEART remet en cause le HDL cholestérol comme facteur spécifique du risque cardio-vasculaire. Plutôt que vouloir augmenter le HDL cholestérol, mieux vaudrait se concentrer sur le mode de vie, concluent les Canadiens.

Est-ce se tromper de cible que de vouloir augmenter le HDL cholestérol, le « bon cholestérol » par opposition au LDL, pour lutter contre le risque cardio-vasculaire ? C’est ce à quoi conclut une vaste étude canadienne de cohorte, la CANHEART study, chez plus de 631 000 sujets âgés en moyenne de 57 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte