L’appétence à l’alcool se transmet par les gènes

Par
Publié le 26/02/2016

Crédit photo : Phanie

L’exposition prénatale à l’alcool n’agit pas seulement sur le développement du fœtus. Elle impacte également les générations suivantes. Les petits-enfants et les arrière-petits-enfants seront plus enclins à consommer de l’alcool, même si leurs propres mères n’en auront pas consommé. Ces changements comportementaux sont conditionnés par des altérations génétiques transmissibles sur deux générations.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)