Risque cardio-vasculaire

L’ANSM restreint l’utilisation du diclofénac  Abonné

Publié le 02/09/2013
Tenir compte du risque cardio-vasculaire

Tenir compte du risque cardio-vasculaire
Crédit photo : dr

L’AGENCE nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) demande aux médecins de restreindre la prescription de diclofénac* (par voie orale ou injectable uniquement), dont le princeps est le Voltarène, afin de minimiser le risque cardio-vasculaire de cet anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS).

Le diclofénac est désormais contre-indiqué « chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque avérée, de cardiopathie ischémique, d’artériopathie périphérique et/ou de maladie vasculaire cérébrale », indique l’ANSM sur son site Internet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte