Un gène de l’adultère identifié

L’ADN de l’infidélité  Abonné

Par
Publié le 04/12/2014

ON AVAIT déjà identifié le chromosome de l’assassin, voilà que des chercheurs australiens viennent de mettre la main sur le gène de l’adultère. Selon eux, nos comportements adultérins seraient en grande partie déterminés génétiquement. Le gène incriminé, l’AVPRIA, serait responsable de la production de l’hormone arginine-vasopressine, qui expliquerait à elle seule l’infidélité de 63 % des hommes et de 40 % des femmes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte